Les épopées

avaloniennes

Un peu d’histoire :

Les populations celtes (prononcer keltes) ont jadis occupé une grande partie du continent européen et de l’Asie Mineure. Leur culture s’est épanouie principalement pendant l’âge de fer qui se situe vers l’an 1100 avant J.-C. dans les pays méditerranéens, autour de 800 et 700 ans avant J.-C. dans le nord de l’Europe, et vers 500 avant J.-C. en Afrique. Les Celtes formaient des tribus indépendantes les unes des autres, régies par une religion, des lois, des coutumes et des rites qui les unissaient. Malgré la structure de leurs sociétés, les clans refusèrent de s’unifier sous une seule entité politique, préférant créer des alliances temporaires basées sur un système d’échanges de biens non marchands non soumis aux lois. Leur civilisation disparut de l’Europe lors des conquêtes romaines, et principalement après leur soumission à la République de Rome au 1er siècle avant J.-C., excepté au pays de Galles, en Écosse et en Irlande. Les grands changements survinrent lorsque l’empereur romain, Constantin 1er, se convertit au christianisme vers l’an 310 après J.-C., suite à une vision avant une bataille. Si certains peuples européens désignés de « barbares » vécurent dans le respect de leurs croyances pendant plusieurs décennies, c’est durant le 5e siècle après J.-C., après la chute de Rome en 476, que des ermites itinérants, qu’on nomma plus tard missionnaires, se rendirent hors des frontières de l’Empire romain afin de propager la parole du Christ. Saint Augustin sollicita la conversion par la violence. Et les populations d’Europe se convertirent à la religion du dieu unique. Seule l’Irlande réussit à maintenir la culture celte de La Tène jusqu’au haut moyen-âge, entre 888 et l’an 1000 après J.-C.

Les Épopées Avaloniennes se déroulent autour du 10e siècle après J.-C. Les légendes arthuriennes content l’ascension du roi Arthur, fils d’Uther Pendragon et d’Ygerne, qui se convertit au christianisme grâce à sa femme, Guenièvre. Le mage Merlin prédit la souveraineté de la « nouvelle religion » au détriment de celle des dieux multiples avec la mort d’Arthur. Et l’île d’Avalon disparut dans les brumes afin de protéger l’un des derniers piliers de la religion druidique. Certains éléments des Épopées Avaloniennes sont historiques. D’autres font partie de la tradition orale que transmirent les bardes. Et d’autres encore n’ont simplement jamais été exprimés. Mais une chose demeure réelle : la magie des druides et le secret de leurs rituels.