By  Sara Greem

La deuxième branche du "Mabinogion": la légende de Bendigeit Vran (ou Bran le Béni)

Voici la deuxième branche du "Mabinogion" qui retranscrit la légende du géant Bran (traduit par corbeau, corneille, et associés à la mort) et de sa sœur Branwen, dont leur père n'était autre que Lir, le dieu des mers et des océans.

La légende raconte que Matholwch, le roi d'Irlande, débarqua, en pays de Galles avec 13 navires, pour se rendre à la cour du roi Bran, afin de lui demander la main de sa sœur et mettre, ainsi, fin à la guerre entre les deux îles. Sa demande rencontra un avis favorable, parmi les membres du Conseil, et l'union fut célébrée, à Aberffraw, dans le pays de Galles.

Furieux de ne pas avoir été consulté, Eynissyen, le demi-frère de Bran et Branwen, offensa Matholwch et coupa les lèvres, les oreilles, les paupières et la queue de ses chevaux qu'on menait, dans les écuries d'Harddlech. Par cet acte, le malfaisant pensait rompre la paix entre les irlandais et les gallois. Mais Bran apaisa son beau-frère en lui offrant des nouvelles montures, une baguette d'argent, une plaque d'or, et un chaudron magique capable de ressusciter les guerriers tombés au combat (cet artéfact rappelle la Fontaine de Santé du dieu Diancecht).

Après avoir quitté le pays de Galles, la vie des jeunes époux s'écoula, dans la sérénité durant une année, et Branwen accoucha d'un fils, Gwern. Mais l'année suivante, Matholwch, sous la pression de ses sujets qui avaient entendu parler de l'affront d'Eynissyen, assigna son épouse au rôle de serve. La pauvrette, chassée de la couche conjugale, fut reléguée au rôle de cuisinière, dans la cour du château, où tous les jours, le boucher lui souffletait le visage. De plus, le souverain interdit à quiconque de commercer avec le pays de Galles.

Pendant trois ans, Branwen vécut, dans la frayeur. Mais un jour, elle dressa un étourneau qui avertit son frère des mauvais traitements qu'on lui faisait subir. Alors, Bran mobilisa très rapidement les 154 royaumes gallois et déclara la guerre à l'Irlande. On raconte que le géant traversa la mer aussi facilement que s'il s'agissait d'un gué, et lorsqu'il atteignit les côtes irlandaises, Matholwch proposa d'abdiquer en faveur de Gwern, le fils qu'il avait eu avec Branwen. Mais les armées finirent par combattre, et les irlandais désireux de remporter la victoire mirent au point une ruse: du fait que Bran, de par sa stature de géant, ne pouvait pénétrer, dans une maison, ils accrochèrent des sacs de farine emplis de guerriers, aux cent colonnes de la demeure de Matholwch. Eynissyen, ayant été instruit de la ruse, tua tous les hommes cachés, dans les sacs, en leur écrasant la tête. Comme la victoire se profilait en faveur des gallois, Gwern demanda à s'entretenir avec son oncle, et lorsqu'il s'approcha d'Eynissyen, ce dernier le jeta, dans le brasier qui consumait le palais de son père.

À partir de ce moment, une guerre sans merci eut lieu. Mais Eynissyen parvint à détruire le chaudron magique capable de ressusciter les morts. Sans ce bien inestimable, tous les irlandais périrent, alors que les survivants gallois se comptaient au nombre de 7, dont Pryderi, Manawydan, Gliuieu Eil Taran, Taliésin, Ynac, Gruddyeu et Heilyn. Bran ayant été mortellement blessé au pied, par une lance empoisonnée, il ordonna aux 7 survivant d'enterrer sa tête, à Y Gwynvryn (la Colline Blanche) qui se situait, dans l'ancienne cité de Londres. Sa tête, tournée ainsi vers la Francie, garantissait qu'aucun autre ennemi n'envahisse le pays de Galles. Les 7 survivants exaucèrent le dernier vœu de leur souverain et, au bout de 7 ans, ils enterrèrent sa tête à Gwales, où ils demeurèrent, durant 24 ans. On raconte que les oiseaux de la déesse Rhiannon honorèrent le trépas du géant de leurs chants.

Quant à Branwen, rongée par la culpabilité d'avoir provoqué une telle guerre, elle mourut de chagrin.

Malheureusement, toutes les légendes ne se terminent guère, dans la joie. Mais espérons que la la troisième branche du "Mabinogion" nous rendra, un peu, le sourire…

 

Sara Greem