By  Sara Greem

La légende du grand druide Taliésin.

La déesse de la magie Keridwen vivait à Penllyn avec son mari, Tegid Voel, et ils avaient deux enfants : Morvran ab Tegid, ou corbeau de mer, qui fut surnommé Avangddu (le monstre noir), à cause de son apparence peu avenante, et Creirwy (le joyau) qui fut bénie de grâce et de beauté.

Keridwen décida, un jour, de rendre son fils beau et intelligent. Et comme la magie ne lui était point inconnue, elle fit bouillir le « Chaudron de l’Inspiration et de la Connaissance », pendant un an et un jour. Gwion Bach (petit nerveux) et Morda (aveugle) firent en sorte que le chaudron bouille sans cesse, pendant ce temps. Gwion Bach était chargé de tourner le mélange, tandis que Morda attisait le feu. Un jour, Morda partit cueillir des plantes. Trois gouttes s’échappèrent du chaudron pour atterrir sur le doigt de Gwion Bach qui les avala. Ainsi, il vit toutes les choses à venir. Mais ayant peur de Keridwen, il prit la fuite, et il eut raison, car la déesse de la magie le poursuivit.

Gwion Bach subit plusieurs métamorphoses afin de lui échapper, mais Keridwen se transforma d’abord en lévrier, et pourchassa un lièvre. Puis en faucon pour poursuivre un saumon. Et enfin en poule noire pour avaler une graine de blé. Keridwen porta la graine en son ventre pendant neuf mois, puis donna naissance à un enfant. Mais n’ayant pas le courage de le tuer à cause de sa grande beauté, elle le mit dans un sac de cuir et le jeta à la mer. Voici comment naquit le grand Taliésin.

Après s'être débarrassé du nourrisson, ce dernier atterrit dans les filets d’Elffin, fils de Gwyddno, qui le nomma Taliésin (front rayonnant). Le nourrisson avait erré en mer, pendant 40 longues années. Et lorsqu’Elffin le ramena chez lui, le nouveau-né lui chanta que sa vie changera et qu’il ne manquera de rien.

Le temps passa, et Elffin accrut ses richesses comme l’avait prédit Taliésin, et quand ce dernier eut 13 printemps, son père adoptif fut invité chez son oncle, le roi Maelgwn Gynedd pour célébrer le solstice. Mais Elffin offensa son oncle en lui disant que sa femme était plus vertueuse qu’aucune autre dame du royaume, et son barde bien plus habile que ceux de la cour. Alors, le roi lui fit payer sa vantardise et l’enchaîna. Puis il envoya son fils Rhun, pour séduire la femme d’Elffin et ainsi prouver qu’elle n’était pas aussi vertueuse que le prétendait son neveu. Taliésin, prévoyant la supercherie, ordonna à la femme d’Elffin d’apprêter une de ses servantes et de la parer de sa plus belle bague. Rhun mangea ainsi avec la jeune servante qui se soûla avant de s’endormir. Mais pendant son sommeil, le larron lui coupa le petit doigt qui portait la bague. Maelgwn Gwynedd, l’oncle d’Elffin, se rendit en prison pour lui raconter les faits et lui montrer le doigt. Mais ce dernier affirma que ce n’était point celui de sa femme, et il fut encore jeté en prison.

Un jour, il y eut une grande réunion de bardes à la cour de Maelgwn Gwynedd, et Taliésin s’y rendit, et resta à l’écart. Avant que les bardes ne rendent hommage à leur seigneur, Taliésin leur jeta un sort en passant un doigt sur sa bouche et en répétant « bléroum, bléroum ». Les bardes, ne pouvant plus parler, se ridiculisèrent devant la cour. Mais l’un d’eux dénonça Taliésin qui se défendit en critiquant ouvertement l’attitude déplorable et décadente des bardes, avant d’expliquer ses origines. Il fit ensuite libérer Elffin et confirma la chasteté de son épouse. Puis il poussa Elffin à défier le roi à une course de chevaux.

Le jour du défi, le roi amena 24 destriers. Taliésin demanda à Elffin, qui montait l’unique cheval, de frapper la croupe des 24 montures à l’aide de 24 baguettes de houx noircies au fer (oghams), et de laisser tomber son chapeau au moment où son cheval hennirait. Elffin remporta ainsi la course. Et à l’endroit où le chapeau était tombé, apparut un gigantesque chaudron rempli de pièces d’or. Taliésin offrit ce trésor à Elffin pour le remercier de l’avoir nourri et élevé.

 

 

1. Les oghams sont les inscriptions sur des pierres découvertes principalement en Irlande du Sud et dans le pays de Galles. Ils ont été nommés selon le dieu Ogme (frère du Dagda et troisième dieu le plus important du panthéon celtique. Le premier étant Lug et le deuxième Dagda). Les druides le représentent avec des fils d’or sortant de sa bouche qui sont reliés à ceux qui l’écoutent.

2. Référence au chaudron d’abondance du dieu Dagda où la nourriture ne s’épuise jamais.

Sara Greem